Euro Volley 2015

L'équipe de France de volley s'est qualifiée pour les demi-finales du championnat d'Europe après sa victoire face à la Serbie (3-1 ; 25-22, 25-23, 14-25, 25-20), ce mercredi. Les Bleus s'invitent dans le dernier carré de l'Euro pour la première fois depuis 2009. Ils défieront la Bulgarie ou l'Allemagne samedi prochain.

 

Le match

Ces Bleus ont un avantage. Quand les artilleurs aux cheveux teints Earvin Ngapeth et Kevin Le Roux ont le bras encore assoupi, Kevin Tillie et Antonin Rouzier reprennent la main. C’est l’histoire du premier set, joué sur un faux rythme dans un PalaYamamay dégarni. Avec un pourcentage en attaques réussies respectivement de 80 et 71%, le duo a permis de boucler la première manche sans stress.

Même scénario dans le set à suivre avec un Jenia Grebennikov toujours électrique en défense et un Le Roux interloqué par la disparition de son service marteau. La balle de set est signée Rouzier, badaboum (25-23). La rentrée du central Srecko Lisinac changeait le film dès les premiers ballons du troisième set. La Serbie s’échappait : 6-1 puis 16-7. Laurent Tillie sortait même sa star Ngapeth puis un Le Roux dans le doute. Il fallait bien secouer cette léthargie collective. Rien n’allait plus.

Au quatrième set, un block magistral de Benjamin Toniutti redonnait d’entrée la flamme au camp tricolore. Suivirent deux attaques de Ngapeth revenu avec un regard de méchant. L’esprit «team Yavbou» surgissait à nouveau. Les Serbes s’accrochaient, prenaient un carton jaune mais Rouzier continuait son pilonnage. La conclusion a failli venir sur un point d’anthologie avec un Ngapeth allant sauver un ballon à dix mètres du terrain entre les ramasseurs de balle et les pompiers. Le point vainqueur était signé «Anto» Rouzier. Normal.

L'homme : Antonin Rouzier

«Ce soir, j’ai fait mon match.» Le résumé est succinct pour décrire la prestation d’Antonin Rouzier, fier de lui, mercredi contre la Serbie. Imperturbable tout au long du match, il a encore su accélérer dans l’ultime set (9 points) pour balayer la crispation née du trou d’air de la manche précédente. Au total, 20 points et 2 aces et, surtout, le plaisir de son coach Laurent Tillie, qui sait pouvoir compter sur l’aîné de sa bande quand les autres attaquants brillent moins. «Antonin a été monstrueux de bout en bout», a déclaré le sélectionneur tricolore.

La stat : 7

Comme le nombre de services manqués par Earvin Ngapeth, manifestement émoussé par son festival de dimanche dernier face à l’Italie et par l’overdose d’émotions qui a suivi. Le total est élevé pour un tel spécialiste du geste. Mais, même dans un jour moins glorieux, la vedette de Modène a marqué 16 points avec un taux de réussite en attaque de 58%. Il est déjà tourné vers la demi-finale, samedi, à Sofia. A coup sûr revanchard.

Volley 1